CRT-CPT : Valeurs promotionnelles sûres

Le discours du Trône 2017 a été porteur d’enseignements de première heure et un appel à l’adaptation des modes de gestion administrative aux impératifs économiques et sociaux du Royaume, en passant par le socle de la gouvernance assainie et le partage transparent des richesses.

Cela s’applique notamment au tourisme comme il s’applique à l’agriculture et à la gestion des affaires publiques quotidiennes. En fait, pour une gestion privée rigoureuse des affaires du tourisme, le discours royal doit être le déclencheur de nouvelles volontés régionales avec en ligne de mire le développement régional des localités. Car il est désolant de constater que des destinations touristiques, économiquement nanties, n’arrivent pas encore à amener les professionnels qui en dépendent territorialement à s’unir et à parler de la même voix. Car rien ne justifie qu’à l’heure du découpage administratif territorial, cela reste toujours formel et sur le papier. Les professionnels des villes dépendant des grands «centres régionaux » tardent effectivement à rallier les rangs, favorisant un cloisonnement associatif qui ne sert en rien ni les affaires, ni l’image du produit.

Le plus souvent, le retard mis par certaines associations professionnelles à rassembler leurs morceaux revient au manque d’encadrement de l’association régionale des métiers.

Si dans certaines destinations regroupant des produits touristiques régionaux indéniables, les villes dépendantes peinent à se structurer en CPT, soit à cause d’ambitions diviseuses de leadership, soit par phobie de cotiser ou, encore, partant du principe « vivons cachés vivons heureux ! », la machine n’est que plus ralentie et le corps professionnel dispersé et aforme.

Or, quoiqu’elles en soient les causes, les professionnels de chaque fédération de métier sont appelés tôt ou tard à s’organiser en structures, car les nouvelles lois organisatrices arriveront à s’appliquer à tous. Le seul bémol à déplorer est la perte de temps à constituer le réseau alors que les régions gagneraient à fédérer tous les professionnels afin que ces derniers parlent de la même voix.

In fine, les nouvelles attributions territoriales laissent penser que les CRT seront 12 dans l’ensemble. Les CPT, eux, sont des communautés professionnelles dont le rendement est tout aussi précieux en promotion comme en structuration des actions touristiques locales, avec les moyens de bord bien sûr. Or, on déplore, en passant, que certains collectifs professionnels régionaux peinent encore à se rallier, comme ceux de Tétouan-Mdiq, par exemple, qui ne sont pas encore parvenus à se solidariser et à créer leur CPT, bien que les professionnels locaux soient aussi actifs que leurs confrères des autres destinations touristiques du pays, surtout après l’arrivée de nouvelle enseignes de prestige qui comptent à leur tête des professionnels aguerris et dont l’expertise peut organiser et favoriser l’action touristique locale.

Dans la même région du nord, Chaouen qui rentre également dans la carte géographique du CRT Tanger-Tétouan Al Hoceima, est des plus laborieux et des plus structurés. Le succès touristique de la destination en est l’expression, à côté bien sûr des efforts décuplés du CRT et de l’autorité locale qui cherche sans relâche à confirmer la destination dans son statut de destination à part entière.

Ailleurs, c’est la même rengaine pour les professionnels d’El Jadida qui tardent toujours à se constituer en CPT, bien que la destination soit plébiscitée au niveau balnéaire avec une offre golf et loisirs très marquée. Au contraire d’Essaouira, par exemple, chez qui la problématique ne se pose même pas, puisqu’elle compte un CPT très actif depuis plusieurs années déjà. Bien que le produit ne s’apparente en rien à celui de Marrakech, Essaouira s’est instituée en marque, avec ses propres événements et enjeux, et est devenue complémentaire au circuit des villes impériales. La combinaison des deux bénéficie d’ailleurs aux professionnels des deux destinations qui tirent ainsi leur épingle du jeu.

De son côté, Meknès peut aussi se prévaloir d’être dotée d’un CPT remis au goût du jour avec des têtes de file besogneuses et estimées dans le tissu associatif national. Bien que dépendant administrativement du CRT Fez, le CPT Meknès reste uni et ambitionne de revaloriser le patrimoine touristique local, en participant véritablement aux actions susceptibles de promouvoir la destination autrement, en s’éloignant des clichés classiques et folkloriques, pas forcément innovants en matière de promotion.

Pour la région sud, le CPT Ouarzazate se place en tête de file, avec une action professionnelle bien coordonnée grâce à une présence itinérante dans les salons et foires touristiques mondiaux. Déjà les statistiques de l’année dernière et de la saison actuelle dénotent des indices au vert, résultat d’efforts promotionnels novateurs et une implication effective des pouvoirs publics locaux.

C’est pour dire que la majorité des CRT et CPT sont assis sur un trésor touristique et naturel pas forcément exploité à cent pour cent, à des exceptions près. Pourquoi ? Les moyens financiers leur font atrocement défaut tout autant que l’absence de rajeunissement des structures.

Toutefois, la mise en place des CPT ne constitue pas une problématique à craindre, malgré tous les scénarios que l’on puisse imaginer. Ce qui importe, c’est le degré d’intérêt que leur accorde le ministère du Tourisme et la richesse de leurs caisses pour la plupart démunies. Plusieurs naviguent seuls et avec de faibles moyens financiers et logistiques. La réalité des faits laisse penser que l’on est insouciant quant au fonctionnement et à l’avenir des CRT et CPT, tout autant que leur avenir face au dernier découpage administratif.

Déjà des professionnels commencent à tirer la sonnette d’alarme à l’annonce d’une hypothétique dissolution pure et simple même des CRT et CPT de la carte et leur remplacement par de nouvelles entités pas encore définies. Or, on a tendance à oublier que ceux-ci sont le bras armé des destinations en termes de promotion dans les salons touristiques internationaux, gardant ainsi plus que jamais leur aura. Leur rôle est capital.

Surprise : A craindre que la mise en place des fameuses Sociétés de Gestion Régionale (SDR) ne fasse ombre aux CRT dont les prérogatives se trouveraient ainsi éclaboussées pour ne pas dire stoppées, vu que les nouvelles entités endosseraient les mêmes missions des CRT qui subsistent grâce aux subventions du Conseil de la Région qui deviendra acteur dans le tour de table de la SDR, aux côtés du Conseil Communal, de l’ONMT, la SMIT, la CDG, etc. Dans ce cas, il est évident qu’il ne peut continuer à subventionner le CRT. La sonnette d’alarme est d’abord tirée par les professionnels du CRT Agadir Souss-Massa qui craignent que l’avenir du Conseil soit hypothéqué par la mise en place de la nouvelle entité, mettant sur l’échafaud le devenir des équipes et balayant d’un seul coup leur militantisme passé à défendre le produit Agadir et la promotion de la destination. Ils ne savent pas encore de quoi cela retourne, car le statut, le fonctionnement et les profils de la SDR demeurent toujours un secret de polichinelle. A qui le tour ? Personne ne le sait encore, c’est l’opacité absolue.

Ceci étant, il est temps que l’administration de tutelle et les autorités publiques fassent preuve de plus d’implication dans la scène professionnelle locale, en encourageant les acteurs régionaux du secteur à se structurer et à constituer leurs CPT dans les régions qui n’en disposent pas encore, pour être en phase avec les développements territoriaux survenus. Clef de sésame : contribuer à leur développement en leur accordant les outils de fonctionnement, dont des fonds pour disposer de profils jeunes, bien cultivés avec une logistique viable. Pour la petite histoire, il est des CRT et des CPT dont les cadres déboursent de leur poche pour vaquer à des missions sur le terrain. Est-ce normal ? Pas du tout !

Aussi, l’expérience de naissance de quelques CPT a été avortée dans l’œuf, par manque de visibilité entre les membres prétendants eux-mêmes. Jusqu’à quand ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quis, suscipit pulvinar consequat. ante. Donec