3ème table ronde d’Al Mountada : Le modèle de Dakhla et sa région

La 3ème table ronde d’Al Mountada est organisée, le 19 février 2019 à l’ENCG à Dakhla, autour de la Dynamique de développement territorial des Provinces du Sud sous le thème « Le modèle de Dakhla et sa région ». 

En effet, Al Mountada se veut un think tank indépendant qui réunit des dirigeants de différents horizons (secteurs privé, public et associatif), dont l’objectif est  de diffuser des idées en faveur du développement territorial marocain. Pour ce faire, l’approche régionale est une dimension fondamentale de l’activité d’Al Mountada au vu de la singularité de chaque territoire, aussi bien en termes de défis, que de potentialités.

Ainsi après le succès qu’a connu la conférence de Tanger, c’est à Dakhla que la troisième table ronde est organisée par le think tank, sous le thème de la dynamique de développement territorial des Provinces du Sud, à travers le prisme de la Région de Dakhla Oued-Eddahab.

D’ailleurs, la question du développement revient aujourd’hui comme un leitmotiv : Nouveau modèle de développement, développement intégré, développement territorial, …  La question qui taraude les esprits, est-ce que le développement est un concept galvaudé ? Loin de nous cette idée, puisqu’il s’agit là du développement dans le cadre d’une économie inclusive.

En plus, le Maroc se trouve actuellement dans l’impératif d’une croissance durable, aussi bien pour la population que pour l’environnement, une croissance réductrice d’inégalités entre les plus démunis et les plus nantis. Ainsi, la Région de Dakhla Oued-Eddahab ne peut échapper à cet impératif.

A savoir que cette région est un carrefour incontournable entre le Maroc et l’Afrique, elle regorge de ressources et de potentialités. Le nouveau modèle de développement intégré prévoit un nombre important de projets structurants visant à renforcer les infrastructures, à promouvoir les secteurs du tourisme, de l’agriculture, de la pêche, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, à développer la qualification de l’élément humain, et à développer la culture dans la région entre autres.

Le développement d’infrastructures de connectivité est également un axe fondamental avec le projet de voie express Dakhla-Agadir et le projet du port Atlantique, qui comprendra des zones industrielles et logistiques. Ce modèle de développement intégré sera présenté par Mohammed Abdellah BOUHJAR, Directeur du CRI de la Région de Dakhla Oued-Eddahab.

Avec ses conditions pédoclimatiques extraordinaires, la région de Dakhla, connaitra la construction d’une usine de dessalement destinée à l’irrigation, alimentée par un parc éolien, et le développement d’un nouveau périmètre agricole de 5 000 ha ; des projets dans l’agriculture destinés aux jeunes promoteurs sont déjà en activité, de même que des projets de valorisation de produits du terroir de la région. Ces points seront abordés par le Secrétaire Général du Ministère de l’Agriculture, Mohammed Saddiki.

Quant au secteur de la Pêche, la région est dotée d’un littoral long de 667 km, qui concentre 65% du potentiel halieutique national. Ce littoral offre également à Dakhla des atouts lui permettant d’être une destination touristique attrayante. Les investissements se renforcent ainsi d’année en année ; ce que ne manquera pas de souligner Mohammed Lamine HORMATALLAH, Président de la CGEM dans les Provinces du Sud. A côté de ces conférenciers, Al Mountada de Dakhla et sa région verra la participation des universitaires et acteurs associatifs qui vont essayer d’apporter aux échanges le recul académique et l’ancrage local nécessaires à la prise en compte des aspirations légitimes de la population de cette région du Sud Marocain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ipsum eget Donec Lorem risus mi, ut risus. Curabitur vel,