La Médina de Fès se fait une grande beauté

Complètement métamorphosée et rénovée au terme d’un chantier tant attendu depuis 2017, la médina de Fès a la scène d’une visite organisée par le Conseil régional du tourisme de la région. Il a été ainsi question de faire découvrir à la presse nationale et internationale pas moins de 27 monuments qui ont participé à l’animation de l’activité commerciale, culturelle et touristique de la ville des Idrissides. Cette louable initiative sera renouvelée dans les médinas de huit autres villes du Maroc pour une enveloppe budgétaire globale estimée à 4,3 MMDh.

il s’agit de la réhabilitation de la vieille médina de Fès, a redonné vie à des bâtisses historiques mais aussi et surtout à leur environnement direct. En effet, la rénovation des foundouks, medersas, kissarias, mosquées, bibliothèques, mausolée a insufflé une nouvelle dynamique où chaque monument devient utile aux autres infrastructures de proximité.

L’opération de rénovation est un grand apport pour la ville spirituelle, avec d’une part la médina de Fès et ses monuments, que ce soit au niveau culturel et de l’identité nationale. Ce qui constitue une volet important dans de l’histoire du royaume. Et d’autre part, il s’agit de la réhabilitation de la médina qui a pour but une redynamisation économique et sociale.

Pour revenir à cette visite « Média Influence days » organisée, les 2 et 3 mars 2019, presse et mass-médias ont pu découvrir  les grands travaux effectués par les différents corps d’artisans. Ces monuments ont été complètement ressuscités.

En effet, le chantier de rénovation des 27 monuments, qui a été lancé par SM le Roi Mohammed VI a nécessité une enveloppe budgétaire de 300 millions de dirhams sans compter la restauration de 4.000 bâtiments qui menaçaient ruine. Après deux ans de travaux, la médina est complètement métamorphosée  permettant aux différents commerçants et artisans de profiter de l’attractivité touristique de bâtisses historiques qui ont redonné une nouvelle vie à la ville de Fès. Ainsi, la culture reprend ses lettres de noblesse d’antan en permettant le développement des métiers de l’artisanat, l’enseignement, l’hébergement, le commerce, le tourisme, entre autres secteurs liés de près ou de loin …

La visite guidée de ce patrimoine multi-centenaire, a été effectuée par le président du CRT, Aziz Lebbar dans le cadre d’un circuit de plusieurs heures, depuis les lieux d’enseignement réhabilités et ré-ouverts aux étudiants venus de l’extérieur de la ville de Fès et inscrits pour un cursus supérieur à l’université Qaraouyine.

A commencer par l’ancienne annexe de la medersa Seffarine, et la restauration de la plus jeune médersa de la médina dénommée « Mohammadia » en hommage au défunt Roi Mohammed V qui l’avait inaugurée au 20èmesiècle, a permis de renouer avec sa vocation d’enseignement. Juste à proximité, la medersa Sbaiyine la plus ancienne école de la médina qui a été érigée au 12ème siècle, en même temps que l’université Qaraouiyine, connue par l’enseignement des 7 lectures coraniques. Celle-ci est constituée d’un patio central à ciel ouvert, avec ses 23 chambres en rez-de-chaussée et au 1er étage, dispense des cours de théologie mais aussi de calligraphie et de sciences exactes.

Non loin de cette dernière, l’université Al Qaraouiyine constitue un des joyaux de la médina d’autant plus qu’elle a retrouvé son activité d’enseignement théologique et son lustre d’autrefois. Elle comporte également 14 portes considérées parmi les plus anciens au monde avec une de ses bibliothèques ouvertes au public, rénovée en un  espace de lecture au niveau de tous ses éléments d’architecture : plafond en bois, plâtres, verreries, lustres, etc. Pour rappel, cette bibliothèque est vieille de neuf siècles. Il en est de même pour le mobilier qui renferme des milliers de livres, ainsi que ses magnifiques armoires de 12 siècles d’existence aux sculptures d’une grande finesse. Pénétrant dans la salle de lecture, on a redécouvrir de beaux ouvrages comme un Coran du 12ème siècle, une traduction de l’Evangile du 9ème siècle, un manuscrit d’Ibn Khaldoun, et enfin un traité de médecine rédigé en poésie.

A quelques minutes de là, l’on découvre également la magnifique médersa Mesbahia entièrement édifiée en marbre (1346) par le Sultan mérinide Abou El Hassan, où a lieu l’enseignement de théologie avec ses 35 chambres disposant d’un confort de dernière génération.

Sur le plan touristique et commercial, cette visite nous a conduits au fondouk Staouniyine, premier hôtel datant du 15ème siècle, et à avoir permis l’entrée des voyageurs commerçants avec leurs montures des caravansérails. Une énorme balance métallique trône toujours au fondouk pour rappeler les ventes de thé ou de sel. Complètement réaménagée, cette bâtisseau style arabo-mauresque n’a pas encore été attribué mais devrait désormais servir de lieu de commerce avec des échoppes.

Ensuite, c’est au tour du Fondouk Chemmaiine  datant du 13ème siècle, qui était en ruine, les artisans ont dû travailler sur des images d’époque pour le reconstruire à l’identique et transformer ses chambres en boutiques commerciales, nous explique notre guide. Suivi de la kissaria El Kifah quui date du 17ème siècle. C’est  le 1er centre commercial de Fès voire même du royaume, ses 641 échoppes modernisées constituant un point incontournable pour les amateurs de shopping de textiles ou de babouches et autres articles artisanaux. A quelques encablures, l’on tombe juste sur l’ensemble Nejjarine (fondouk-souk des menuisiers-mosquée) a également qui a été rénové pour le bonheur des nombreux touristes qui s’y pressent, faisant office d’un musée des arts et des métiers du bois.

Vient après le quartier du mellah, proche de la médina, la restauration de la synagogue « Slat AlFassiyine » datant du 16ème siècle.  Classée monument historique par l’Unesco, elle fait partie des 4 synagogues de Fès qui restent très fréquentées par la diaspora d’origine juive disséminée à travers le monde.  

Par ailleurs, le programme de réhabilitation a également concerné les thermes de Moulay Yacoub aux alentours de la ville de Fès, qui attirent un grand nombre de touristes en quête de cure de remise en forme. Le groupe français « Vichy thermalia » a d’ailleurs ouvert un hôtel pour offrir tous les soins thermaux.

Rappelons que le programme a permis de rénover les 27 monuments suivants: 5 medersas, 2 ponts, 2 murailles, 3 borjs, 3 foundouks, 1 kissaria, 3 tanneries, 1 souk de teinturiers, 2 demeures, 1 ancienne banque, 1 bibliothèque, 1 observatoire d’astronomie, 1 mausolée et 1 hammam. Une initiative très louable sachant qu’elle va se renouveler dans  8 autres villes du royaume.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Donec quis, Aliquam facilisis luctus Praesent ipsum id ut accumsan mi,