Réhabilitation du Patrimoine de Meknès

Le programme signé devant le Roi en octobre 2018 pour la réhabilitation de la médina de Meknès est sur la bonne voie. Il s’agit de la convention de mise en œuvre et definancement relatifs au programme de réhabilitation et de valorisation des sites historiques menaçant ruine ou à l’état d’abandon.

Le maître d’Ouvrage Délégué de cet important projet n’est autre que l’Agence pour le Développement et la Réhabilitation de la médina de Fès (ADER Fès). En effet, ce dernier a déjà lancé trois appels d’offres relatifs au choix des entreprises et architectes qui vont prendre en main les travaux de restauration et de réhabilitation de deux sites historiques actuellement à l’état d’abandon que sont Foundouk Nejjarine et Foundouk Talaba, en plus d’une partie des murailles historiques de l’ancienne capitale ismaïlienne d’une  longueur de 12 kilomètres.

A cet effet, les soumissionnaires qui vont concourir pour la réalisation de ces projets devront remettre leurs offres avant le 21 mars 2019. Quant à l’enveloppe budgétaire pour cette première phase, elle est estimée à un peu moins de 20 millions de dirhams.

Et ce, en attendant de décider du sort des autres sites historiques qui menacent ruine. Dans ce sens, des consultations sont en cours incessamment par l’ADER Fès. Celles-ci concernent, notamment la réhabilitation des monuments et sites importants de la ville de Meknès. A savoir : Le Palais Mansour, Sehrij Souani, Bab Mansour, Bab Berdiîyyine ou encore la place Lahdim et la place Mechouar.

L’enveloppe globale destinée à ces projets avoisine les 800 millions de dirhams. Ils seront investis, entre 2019 et 2023, dans la réhabilitation de la médina de Meknès, dont plus de la moitié sera mobilisée par le Fonds Hassan II pour le Développement Economique et Social, le ministère de l’Intérieur et le ministère de l’Habitat.

En plus de la réhabilitation de ces sites symboliques, ledit programme vise également à améliorer l’accessibilité de la médina de la ville impériale chère au Sultan Moulay Ismail et ce, en aménageant trois parkings d’une capacité globale de 800 places à Bab Rha, Zine El Abidine et à côté de la chambre d’artisanat. Ce sont ces initiatives royales qui continuent de faire redorer l’image de nos villes impériales et autres monuments historiques, sites de prédilection pour plusieurs touristes étrangers. C’est aussi une aubaine pour le tourisme national …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sed Donec porta. tristique libero felis