4ème édition du Salon «Made in Morocco» (MIM) à Dakar

En collaboration avec Inside Com, GA Concept organisent la 4ème édition du salon « Made in Morocco » (MIM), du 28 au 31 mars 2019 à Dakar, au Sénégal. Le salon « Made in Morocco » est une vitrine exceptionnelle de l’expertise et du savoir-faire marocains. L’événement se veut le bras armé de la coopération économique du Maroc en Afrique. Sont attendus à cette quatrième édition une quarantaine d’exposants marocains, issus d’une dizaine de secteurs d’activités.

Premier investisseur étranger en Afrique de l’Ouest depuis quelques années, le Maroc est une véritable force industrielle. Sous la vision éclairée de SM le Roi, le Royaume s’est positionné en partenaire stratégique avec une offre exportable de valeur et une politique diplomatique et économique modèle, exclusivement tournée vers la dynamisation d’une coopération sud-sud mutuellement avantageuse. C’est en droite ligne avec cette vision royale, que GA Concept a créé et pérennise « Made in Morocco ».

Première plateforme multisectorielle d’échanges entre le Maroc et l’Afrique sub-saharienne, cette vitrine-phare du « Made in Morocco », est un salon qui met en lumière l’étendu du savoir-faire et de l’offre exportable du Maroc. Il est aujourd’hui le premier évènement multisectoriel du Royaume à l’étranger qui permet d’étaler et de faire découvrir la large gamme de produits, services et expertises du Royaume.

Plateforme d’échanges, de rencontres d’affaires et Networking par excellence, le salon «Made in Morocco» s’articule autour de 3 grands espaces et temps forts, à savoir : Un espace d’exposition de 1000 m2 regroupant une quarantaine d’exposants marocains, issus d’une dizaine de secteurs d’activités : Agroalimentaire, Immobilier et BTP, Textile, Maroquinerie, IT, Transport et Logistique, Cosmétique – Life Style, Santé et Bien-être, Tourisme, Industrie mécanique, Banque et Assurances, Energies et Mines … ; Un espace de rencontres d’affaires «B2B» ; Un espace conférence autour de la thématique « le Made in Morocco au service de la coopération interafricaine» ; Un fil rouge culturel, parenthèse culturelle articulée autour de workshops ; Expositions interculturelles, animations musicales africaines … 

La thématique de cette quatrième édition n’est pas fortuite, elle relève de la volonté du Royaume de construire des relations de coopération mutuellement avantageuses avec ses homologues africains. Au-delà de la promotion du « Made in Morocco », il s’agit  surtout de marquer un temps d’arrêt pour décrypter les enjeux socio-économiques majeurs de la coopération entre le Maroc et les pays frères et amis du continent dans le but de construire une  coopération multidimensionnelle et mutuellement avantageuses.

Pour rappel, les deux précédentes éditions du salon « Made in Morocco », ont été organisées en Belgique, drainant près de 40000 visiteurs, avec plus de 100 exposants, et Abidjan qui a enregistré en 2018, pas moins de 3000 visiteurs. Cette année, c’est au tour de Dakar d’accueillir l’évènement. Un choix qui s’impose, car au-delà des relations exceptionnelles, bilatérales et séculaires entre le Sénégal et le Maroc, il s’agit de renforcer un marché à fort potentiel de croissance. Les relations entre le Maroc et le Sénégal s’inscrivent dans une dynamique croissante et renforcée d’année en année, qui est d’ailleurs perceptible à tous les niveaux, cependant, le potentiel des échanges commerciaux reste énorme. Ainsi, après un pic en 2012 dépassant les 2,1 milliards de dirhams, les exportations marocaines vers le Sénégal ont chuté à 1,2 milliard en 2014 pour remonter à 1,7 milliard en 2017.

Le Sénégal a l’ambition d’occuper la première loge dans le partenariat économique entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne. Si le Maroc se présente comme le hub de l’Afrique, le Sénégal revendique la porte d’entrée de l’Afrique de l’Ouest. A la faveur de la nouvelle stratégie de développement initiée par les autorités sénégalaises (Plan Sénégal Emergent), le pays ambitionne de porter la croissance de son PIB de 7 (en 2017 et 2018) à 8% dès 2019 et à deux chiffres en 2035. Pour y arriver, le Sénégal mise sur des secteurs productifs prioritaires : Agriculture, élevage, agroalimentaire, écosystème, construction, économie sociale, mines et fertilisants, tourisme, télécommunications… Ce qui ouvre de belles opportunités et perspectives de partenariats aux entreprises des deux pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

tempus libero dapibus ut velit, libero.