Le Bouraq contribue au rayonnement du tourisme dans le Détroit

Le tourisme à Tanger s’est bien porté durant le premier trimestre de 2019, ou du moins la destination de la ville du Détroit a pu confirmer sa croissance. En témoignent le nombre des arrivées estimées à 90.000 réalisant ainsi une hausse de 10,1% par rapport à la même période de l’année dernière. Il en est de même pour les nuitées, véritable baromètre de l’impact économique touristique, estimées, elles, à 285.300, avec une hausse de 9,1%.

Et ce grâce au tourisme national, aidé en cela par l’avènement du Bouraq, ligne ferroviaire à grande vitesse. L’on a appris que  le Bouraq vient de dépasser le million de voyageurs. A cet effet, l’on relève que les touristes nationaux ont contribué à hauteur de 56,5% du total des nuitées enregistrées dans la ville de Tanger, en cette période de basse saison.

Pour les opérateurs et professionnels de la ville de Tanger, ceci est dû à l’effet direct de la montée en charge de la connexion ferroviaire à haute vitesse qui a permis de drainer un nombre plus important de visiteurs et de touristes nationaux. Le Bouraq, qui vient de dépasser le million de voyageurs, a permis de rendre le déplacement plus rapide et confortable pour les touristes non motorisés. La liaison est aussi attirante pour les voyageurs ne voulant pas prendre la route. Une aubaine pour les visiteurs, car la gare ferroviaire est située en pleine baie de Tanger, notamment la zone touristique la plus développée.

Néanmoins, il convient de relever que le tourisme international n’a pas connu le même sort que le tourisme interne. Et pour cause, la basse saison à Tanger. Selon les statistiques des professionnels de la région, si l’on met de côté l’Italie et la Hollande, les autres pays étrangers n’ont connu pas l’embellie escomptée, réalisant des baisses fort attendues, à savoir une baisse de 4% pour l’Espagne, premier marché à l’international pour la capitale du Détroit et de 8% pour la France. Cette situation est due également à la réduction de l’activité des excursions à partir de l’Espagne, rétorquent les opérateurs de la région du Nord.

D’autres professionnels du tourisme imputent le recul des touristes ibériques  par l’arrivée de certains touristes internationaux via des voyages d’excursions en empruntant le port de Tanger, ainsi que le pullulement des mineurs clandestins dans les environs du port de Tanger, selon les doléances des autocaristes espagnols.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

commodo massa Lorem sed libero. vel,